La Poésie Courtoise

Publié le par Aru/ki

Bonjour bonjour !!! Ca faisait longtemps !! (Presque deux longues semaines, mais passons) *Alors nous avons le plaisir de vous annoncer que nous ne nous répandrons pas en excuses pour la satisfaction de votre sympathique égo, parce que :

-          Déjà nous n’avons de comptes a rendre à rien ni personne, et je nous trouve déjà bien bonnes de vous éclairer de nos lumières ( :p)

-          La dernière fois ça a duré des heures, et l’article a failli partir en « digressions » tellement le sujet était long a venir

-          Je constate que ça ne dérange personne que les articles n’arrivent pas

-          Vous aviez quand même de la lecture*

 

[Comment démontrer par A+B et en quatre points que de toute façons, Aki aura toujours le dernier mot]

 

Aujourd’hui, nous allons converser de La Poésie Courtoise

 

La Poésie Courtoise, connue pour son raffinement naquit en Italie avec Pétrarque et Dante *Avec la renaissance de la civilisation, en fait, au 13° et 14° siècle*. Elle reprend des thèmes de poètes de l’Empire Romain, en particulier le style précieux, prouvant ainsi le lien entre la poésie et la civilisation raffinée. La Poésie Courtoise s’oppose au coté vilain *comprenez « paysan »* et rustique du reste des contrées. C’est un mélange assez équilibré entre le récit de la chevalerie, des plaisirs charnels et des sentiments délicats, passé à la postérité sous le nom « d’amour courtois ».

 

L’amour courtois se développa particulièrement à la cour d’Aliénor d’Aquitaine, où furent fixées ses règles et ses codes. Les principaux types de récits d’amour courtois sont la canso (chanson), la sérénade *qui dépeint les lamentations du chevalier amoureux*, la ballade *destinée à être dansée* et la pastourelle *qui raconte l’amour pour une bergère, grand fantasme du Moyen-Âge  qui donna d’ailleurs lieu à un film très poétique, j’ai nommé Le Roi et l’Oiseau* qui démontre l’importance de la formalisation de la poésie pour arriver à un art élaboré (*il est à noter que le théâtre classique, lui aussi très formalisé, se rapproche par bien des aspects (lyrisme, figures de style, symboles…) de la poésie. A tel point que G. Pompidou a, dans son Anthologie de la Poésie, introduit des vers de Racine)*). L’amour courtois comporte généralement de nombreux jeux de langage, qui donnent un coté élaboré, subtil à l’ensemble.

 

L’un des meilleurs exemples de Poésie Courtoise sont les poèmes de Charles d’Orléans,  Prince de France et neveu de Charles VI , écrits en captivité :

 

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s'est vêtu de broderies,
De soleil luisant, clair et beau.

    Il n'y a bête ni oiseau
Qu'en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau !

    Rivière, fontaine et ruisseau
Portent, en livrée jolie,
Gouttes d'argent, d'orfèvrerie,
Chacun s'habille de nouveau :
Le temps a laissé son manteau.

Cette poésie comporte peu d’éléments, et pas de « vrai » sujet. Elle chante la grâce de la Nature, ce qui transparait dans le style élégant, fluide du poème. Le raffinement est caractérisé par le civisme des animaux, qui vont jusqu’à se parer de vêtements somptueux.* on est loin de la Charogne de Baudelaire…* Cette poésie ne renvoie pas à une quelconque réalité, mais cherche juste à badiner agréablement *pour les dames de l’auditoire*.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article